Respirer à pleins poumons…grâce au ventre

par Mai 10, 2019Respiration

Respirer par le ventre? Une drôle d’idée qui fait son chemin. A mesure que l’on redécouvre l’apport d’une respiration correcte à notre physiologie, on comprend que respirer par le ventre est une des clés. Alors peut-être qu’explorer une technique permettant d’en augmenter l’efficacité et les bienfaits sera bienvenue. C’est ce que je vous propose ici.

Commençons par prendre le temps de nous connecter à la respiration.

Je vous invite à prendre un moment.

Fermez les yeux.

Détendez-vous.

Posez votre conscience sur votre respiration.

Ressentez votre inspiration et votre expiration.

Observez.

Votre inspiration se fait-elle par le nez? Par la bouche? Les deux?

Votre inspiration est elle plus longue que votre expiration? Moins longue? Identique?

Votre respiration est-elle ample? Courte? Régulière? Bruyante?

Marquez-vous des temps d’arrêt sur l’inspire? Sur l’expire?

En une minute respirez-vous 20 fois ou plus? Entre 10 et 20? Moins de 10?

Quelle est la partie de votre corps la plus mobile quand vous inspirez? Quand vous expirez? Sont-ce vos épaules? Votre torse? Votre ventre?

Tant de questions…il y a tellement de choses à observer et à dire sur la respiration.

La respiration est LA fonction vitale par excellence. Une fonction physiologique que nous ne pouvons interrompre que quelques minutes (*) alors que nous pouvons vivre sans boire ou sans manger pendant plusieurs jours.
Ce que nous pensons être un processus simple et autonome est en réalité extrêmement sophistiqué.
Un mouvement qui nous offre la possibilité d’apprécier et d’influencer consciemment notre physiologie, notre mental et notre sphère émotionnelle.

Comment se fait-il alors que nous ne lui portions qu’une attention très relative – pour ne pas dire négligeable? Pourquoi ne pas enseigner la respiration dès le plus jeune âge, à la fois pour en comprendre le fonctionnement physiologique et pour adopter une technique juste? Pourquoi les arts martiaux et autres disciplines traditionnelles (Yoga, Taï-chi, Qi Gong) considèrent la respiration comme le fondement de leurs pratiques alors que nous peinons à prendre quelques minutes chaque jour pour respirer en conscience?

C’est là l’un des plus grands paradoxes de notre condition humaine moderne : l’outil le plus fabuleux, le plus accessible, le plus disponible et le plus puissant qui soit pour nous permettre d’être la meilleure version de nous-même, est en nous depuis notre premier instant de vie, depuis notre première inspiration de nouveau-né. Et nous l’avons délaissé.

L’impulsion part du ventre

Alors je vous propose ici de nous reconnecter à ce mouvement de vie. Et face à l’ampleur du sujet, j’ai choisi d’évoquer avec vous le fondement de la respiration, son point de départ, son impulsion: la respiration ventrale ou diaphragmatique.
Oui, car c’est bien du ventre, ou du diaphragme, que démarre l’inspiration correcte et pas de la cage thoracique.
Le diaphragme est ce muscle puissant, en forme de champignon, dont le pourtour est attaché à la colonne vertébrale, aux côtes et au sternum, et qui tapisse l’intérieur de l’abdomen en le séparant en deux : les organes d’un côté, le cœur et les poumons de l’autre.

Comme tous les muscles du corps, il peut se contracter et se relâcher.
Quand il se contracte, il s’abaisse dans l’abdomen et pousse les organes vers l’avant pour se faire de la place. Foie, Estomac, Rate – qui sont les organes voisins, mais aussi Vésicule Biliaire, Intestin Grêle et Gros Intestin, sont alors pressés contre la paroi abdominale et font, mécaniquement gonfler le ventre. Dans son mouvement, le diaphragme entraîne et étire les poumons, créant une différence de pression avec l’air ambiant qui déclenche l’inspiration. Les capillaires sanguins entourant les alvéoles pulmonaires reçoivent l’oxygène et le transmettent au sang.

Quand le diaphragme se relâche, il remonte vers le thorax. Les poumons retournent à leur position d’équilibre sous l’effet de leur élasticité et forcent l’expiration. Le sang veineux peut alors se débarrasser du dioxyde de carbone et des toxines accumulés et se préparer à recevoir l’oxygène frais de la prochaine inspiration. Il est possible d’accentuer l’amplitude de l’expiration en contractant les muscles abdominaux pour rentrer le ventre vers l’arrière et vers le haut. La compression des poumons est plus forte, ils se vident davantage. Favorisant par là la qualité de l’inspiration suivante.

La sangle abdominale contrôlée est le secret

La technique semble simple mais il convient d’observer avec attention le rôle des muscles principaux: les abdominaux et le diaphragme. Contrairement à ce que nous pourrions penser, ce ne sont pas nécessairement les abdominaux qui initient le